Sorti en 2005, le film "Iznogoud : calife à la place du calife" n'a pas laissé un souvenir impérissable dans les mémoires.

On y retrouve pourtant avec bonheur dans le rôle du Calife Haroun el Poussah, Jacques Villeret, disparu quelques jours avant la sortie en salles. Le rôle d'Iznogoud est tenu par le trublion Michaël Youn. Pour l'anecdote (mais est-ce la vérité ?), dans l'édito d'un des numéros du "Magazine de Corinne et Jeannot" datant de 1999, on apprenait que dans les années 70, une adaptation au cinéma d'Iznogoud avait déjà été envisagée, avec Louis de Funès dans le rôle d'Iznogoud...

Le résumé est assez simple : Iznogoud est prêt à tout pour devenir Calife à la place du Calife ! Le film, réalisé par Patrick Braoudé, est sorti le 9 février 2005. En voici l'affiche :

Ce film ne jouit pas d'une excellente notation sur le site de référence allociné. Pour l'avoir vu en salle, je dois dire que tous les moyens ont été mis en oeuvre pour restituer l'ambiance des mille et une nuits, et certains passages sont très loufoques, comme dans la bande dessinée. Mais au niveau de l'image, j'ai trouvé que trop de scènes se passent en intérieur, ce qui m'a donné l'impression de n'avoir pas vu un film très coloré mais plutôt sombre. De plus, les personnages sont physiquement très ressemblant, mais on ne peut pas en dire autant en ce qui concerne le caractère d'Iznogoud, que l'on connaît bête et méchant dans la BD et qui tombe amoureux dans le film (il se met même à chanter).

Après l'avoir revu, il ressort de ce film une ambiance que je pourrais qualifier de bollywoodienne : les fastes du palais, les costumes, les chansons, les musiques, les chorégraphies... Pourquoi pas ! Un intéressant making-of est proposé en bonus du DVD, où l'on peut notamment apercevoir Jean Tabary sur les lieux du tournage.

Malheureusement, "Iznogoud : Calife à la place du Calife" a reçu en 2006 le "Bidet d'Or" du film, une sorte de contre-récompense décernée par les spectateurs ! Patrick Braoudé à quant à lui reçu le "Bidet d'Or" du réalisateur.

Voici en bonus quelques photos du film :

 

© ÉDITIONS TABARY